2005

Le projet nait sous la forme d’un collectif d’étudiants « les daltons », unis par un besoin commun d’aboutir, de confronter des dessins à la réalité de la matière, et de diversifier à tout prix les expériences architecturales. Cette collaboration débouche sur la réalisation de plusieurs projets d’échelle modeste auto-construits, ainsi que l’obtention du prix d’architecture de la Communauté Urbaine de Strasbourg en 2007 pour une réflexion sur l’ilot de la Rotonde.

Convaincue, depuis ses premiers projets, de la pertinence de construire en filière sèche, notre agence n’a cessé d’explorer la mise en œuvre de protocoles constructifs simples, propres, et évolutifs. Très tôt, le bois s’est imposé comme matériau capable de répondre à la double exigence de qualité environnementale et architecturale.

2008

Après l’obtention des diplômes respectifs, le collectif se structure naturellement en atelier d’architecture. L’« atelier d.org » prend vie dans la région de Strasbourg autour de 3 architectes co-gérant : Julien Jeanroy, Jean-Baptiste Leduc et Jean-Charles Riber. Les expériences sur les petites constructions permettent de rebondir sur la conception de lieux de vie pour des particuliers qui amènent à desprojets publics de différentes échelles aux programmes variés (salles de sport...).

2013

« L’ajeance » prend forme pour structurer une collaboration élargie à quatre architectes entre deux lieux : Paris et Sélestat. Jean-François Laurent retrouve le goût de l’échange entamé quelques années plus tôt et vient enrichir le débat de ses expériences personnelles.

2015

« Ajeance » fait parti du palmarès 40 under 40, prix de la ''Nouvelle génération d'Architectes Européen"

Ajeance

est aujourd'hui un lieu de conception où se croisent projets et réalisations autour d’une approche pluridisciplinaire de l’architecture. La notion d’auteur y est abandonnée au profit d’un goût de l’échange et du dialogue.

Les exigences environnementales actuelles et celles qui sont spécifiques à chaque projet nous permettent de formuler de nouvelles attitudes conceptuelles et formelles, pour proposer des réponses ajustées à des contraintes particulières mettant en scène l’usager comme acteur d’une architecture dictée par l’envie et la passion, loin de toute morale esthétique ou formelle.

bois